Ce qui est prévu

Dans son message à la nation du 6 décembre 2020 à l’issue des concertations politiques qu’il avait initiées, le président Félix Tshisekedi a indiqué avoir retenu la proposition visant à « proscrire strictement l’incorporation des rebelles au sein de l’armée régulière ». Faisant suite à cette décision, le gouvernement a pris l'engagement de ne plus accepter de clause d'intégration d'anciens rebelles au sein de l'armée ou de la police.

Ce qui a été fait à ce stade

Désormais civil, le nouveau Programme de désarmement, démobilisation, relèvement communautaire et stabilisation (P-DDRCS) interdit l’intégration automatique des combattants issus des groupes armés au sein des Forces armées de la RDC et de la Police nationale congolaise. Autrement dit, l’enrôlement aux forces de défense et de sécurité est plutôt volontaire et se fait sur une base individuelle.
Il est toutefois à craindre que cette brèche ne soit utilisée pour contourner l’engagement de « proscrire strictement l’incorporation des rebelles au sein de l’armée régulière ». Et les négociations en cours avec les groupes armés à Nairobi pourraient davantage ouvrir cette brèche.