Ce qui est prévu

Le 24 janvier 2019, lors de son discours d’investiture, le président Félix Tshisekedi a reconnu « l’urgence de mettre en place rapidement une véritable procédure d’écoute et de dialogue dans l’ensemble du pays en prélude à un forum de réconciliation qui réunira toutes nos forces vives ». À l’issue des consultations présidentielles de novembre 2020 émerge l’idée de « recourir aux instruments de justice transitionnelle pour bâtir le chemin de la réconciliation et de la paix ». Concrètement, le gouvernement s’engage fin avril 2021 à « mettre en place une structure permanente de résolution des conflits assortie d'un mécanisme de suivi, tout en tenant compte du caractère spécifique de certains de ces mécanismes ». Il promet alors de « créer la commission vérité, justice, paix et réconciliation ».

Ce qui a été fait à ce stade

Un an plus tard, la « commission vérité, justice, paix et réconciliation » n’est toujours pas mise en place.