Ce qui est prévu

Pour un coût estimé à 45 179 000 dollars, la feuille de route du Mécanisme national de suivi envisageait en 2020 d'encadrer les ex-combattants et leurs dépendants. Cela consisterait notamment à « assurer une formation professionnelle pour les démobilisés ainsi que leurs dépendants » et à « accompagner techniquement les démobilisés ainsi que leurs dépendants regroupés en coopérative ».
Une année plus tard, c’est le gouvernement qui fait sien cet engagement, promettant d’« assurer la réinsertion socioéconomique des jeunes démobilisés à travers une série de formations professionnelles notamment par l’INPP ».

Ce qui a été fait à ce stade

La réalisation de cet engagement dépendra de la mise en œuvre effective de la stratégie nationale du Programme de désarmement, démobilisation, relèvement communautaire et stabilisation (P-DDRCS) récemment validé. Dans le cadre de son segment relatif à la réintégration communautaire, ce programme prévoit que « les formations qualifiantes débutées dans les centres d’encadrement et formation se poursuivront après la réintégration ». Le P-DDRCS privilégie ici non seulement « l’approche formation-emploi » mais aussi d’améliorer les conditions de vie des communautés, y compris les démobilisés.