Ce qui est prévu

Lors de son discours d’investiture du 24 janvier 2019, le président Félix Tshisekedi a annoncé vouloir « radicaliser la réforme des services de renseignement de manière à les rendre plus aptes à anticiper et à prévenir les événements tant en matière politique, sécuritaire et économique, et leur donner davantage une image nationale et républicaine ». Un engagement repris dans le programme d’actions du gouvernement qui souligne également la nécessité d’« humaniser » les services de renseignement.

Ce qui a été fait à ce stade

Aucune stratégie nationale des renseignements claire n'a été mise en place pour améliorer l’image longtemps ternie des services de renseignements. Il subsiste d’ailleurs de nombreux flous sur l’autorité tutélaire de l’Agence nationale de renseignement (ANR). Même si le rapport 2021 du Bureau des Nations unies pour le commissariat aux droits de l’homme (BNUCDH) indique que l’implication de l’ANR dans les violations des droits de l’homme a baissé.