Ce qui est prévu

Dans le cadre de l’établissement de l’état de siège, le gouvernement s’est engagé à « mettre en place les structures et déployer le personnel militaire et policier conséquent dans les zones en proie à l'instabilité et aux conflits ».

Ce qui a été fait à ce stade

Le 6 mai 2021, le président Félix Tshisekedi nomme les gouverneurs militaires et les vice-gouverneurs policiers au Nord-Kivu et en Ituri. Les autorités militaires sont par la suite également déployées dans les territoires et certaines autres entités territoriales décentralisées de ces deux provinces sous état de siège.
Selon les chiffres du ministère de la Défense, sur à peu près 100 000 militaires que comptent l’armée, la moitié des troupes est déployée au Nord-Kivu (34 000 soldats) et en Ituri (15 000). Mais ces données ne tiennent pas compte des morts qui ne sont pas toujours déclarés. Dépêchés en mission d’évaluation de l’état de siège sur place, des députés ont pointé également, en 2021, « l'insuffisance et le vieillissement des effectifs réels sur le champ des opérations ainsi que l'absence des unités formées pour des opérations spéciales », dénonçant en même temps « la déclaration des effectifs fictifs ».