Ce qui est prévu

Talatala a identifié et documenté 10 engagements de l’exécutif se rapportant à la gouvernance électorale. Il s’agit de : prévoir dans le budget de chaque année des crédits nécessaires pour le financement des élections ; convenir consensuellement, à l'issue des concertations politiques ad hoc, des dispositions à modifier dans la loi électorale et dans la loi sur la Ceni ; respecter les délais constitutionnels d'organisation des élections ; trouver un large consensus pour des réformes électorales constitutionnelles ; organiser en 2023 les premières élections locales en même temps que les élections nationales ; designer un chargé de suivi du bon déroulement du processus électoral pour le compte du chef de l'État ; mener toutes les opérations de recensement et d’identification de la population dans des délais idéaux ; ne pas conditionner l’organisation des prochaines élections à la réalisation complète du recensement et de l’identification de la population ; assurer le vote pour les Congolais de l’étranger aux prochaines élections nationales ; créer des sièges pour les Congolais de l'étranger à l'Assemblée nationale.

Ce qui a été fait à ce stade

Aucun de ces 10 engagements n’a aujourd’hui été complètement tenu. En clair, seulement une promesse est partiellement tenue, trois sont en cours de réalisation, cinq pas encore tenues et une paraît difficilement évaluable.