Ce qui est prévu

Lors de son message à la nation du 6 décembre 2020, le président Félix Tshisekedi a rappelé l'« urgence » de « réaliser le recensement de la population dans des délais raisonnables », telle que ressortie des consultations qu'il avait lui-même initiées avec des acteurs politiques et de la société civile. Cette position est reprise dans le programme d’actions du gouvernement Sama Lukonde. Celui-ci s'engage en effet à « mener toutes les opérations de recensement et d’identification de la population dans des délais idéaux permettant l’extraction, à bonne date, du fichier général d’identification de la population, du fichier électoral nécessaire aux activités de la Commission électorale nationale indépendante (Ceni) ».

Ce qui a été fait à ce stade

Certes, dans le budget 2022, le gouvernement a prévu une réserve de 250 milliards de francs congolais, soit près 125 millions de dollars américains, destinés au début des opérations de recensement et d’identification de la population. Et, début mars, le Premier ministre Jean-Michel Sama Lukonde a pris un décret destiné à « mutualiser » les opérations de recensement général de la population et celles d’enrôlement des électeurs. Mais, il ne sera pas aisé d’évaluer l’effectivité de cet engagement tant le concept « délais idéaux » est vague.