Ce qui est prévu

Le 6 décembre 2020, lors de son message à la nation sanctionnant la fin des consultations qu’il avait lui-même initiées, le président Félix Tshisekedi a dit avoir « noté qu’il faut (...) opérer, sur la base d’un large consensus, des réformes constitutionnelles portant sur le mode de scrutin ou le seuil minimum aux élections législatives nationales ». Cet engagement est repris dans le programme d’actions du gouvernement Sama Lukonde.

Ce qui a été fait à ce stade

Pour l’instant, la question des réformes constitutionnelles est suspendue à l’état de siège décrété, début mai 2021, au Nord-Kivu et en Ituri. La Constitution congolaise ne peut en effet être modifiée lorsqu’une telle mesure exceptionnelle est en cours.
En conséquence, le député Delly Sesanga, l’un des auteurs de la pétition de révision de certains articles de la Constitution a demandé la suspension de l’examen de ce texte à l’Assemblée nationale, en attendant la levée de l’état de siège.